Découvrir


Découvrir

Les fesses de Charlemagne

  • Prendre le sentier balisé, à gauche, en quittant le pont neuf (en direction de Carcassonne)
  • 11220 Lagrasse

Renseignements pratiques sur le parcours :
Longueur : 6 km
Dénivelé : 160 m
Durée : 2 heures
Difficulté : montée dans la première partie
Balisage : rouge et blanc pour l’ascension (GR 36)


Description de l’itinéraire
Partez en direction de Carcassonne et après le pont Neuf enjambant l’Orbieu, à l’entrée de la route conduisant à l’abbaye de Lagrasse, prenez le sentier balisé en rouge et blanc situé à côté d’un calvaire abrité sous un pin.
Escaladez le talus et commencez votre ascension en traversant un petit champ appelé localement « champ Nicolas ». Suivez allégrement ce petit chemin s’élevant sur les hauteurs de Lagrasse et rapprochez-vous de la falaise à la vue d’un pin pignon isolé à l’aplomb du cimetière (attention aux enfants !). Ce belvédère naturel embrasse une vue remarquable sur le village et l’abbaye bénédictine Sainte-Marie d’Orbieu. Revenez ensuite sur le chemin qui pénètre dans un bois, aux senteurs très méridionnales, peuplé de pins d’Alep tortueux, de quelques cyprès élancés et de pins pignons en forme de boule. Peu après, le tracé longe la bordure septentrionale de la crête rocheuse avant d’atteindre une dépression caillouteuse qui symbolise les fesses de celui qu’on nommait Carolus Magnus, Charles le Grand.

Le sceau impérial
Les archives départementales gardent la mémoire de la création de l’abbaye de Lagrasse (charte de fondation du viiie siècle). Même si c’est un certain Nimphridius qui la fit construire, sous l’égide de Charlemagne, roi des Francs, l’histoire associe directement l’édification de ce monastère bénédictin à la personne même de « l’empereur à la barbe fleurie ». Les collines avoisinantes attestent également de la référence à cette figure prestigieuse : quelques lieux-dits figurant sur les documents officiels portent le nom de Pied-de-Charlemagne et Fesses-de-Charlemagne. Une légende raconte que le cheval de l’empereur qui revenait sans doute d’une chevauchée victorieuse contre les Sarrasins fit un faux pas – d’où l’empreinte d’un sabot dans le rocher – et projeta le très illustre cavalier sur la colline d’en face où on peut encore voir les rotondités de son auguste séant.

Afin de poursuivre votre boucle, remontez le sentier caillouteux, enserré au milieu des buis et des chênes kermès, accompagné par le tintement des pierres blanches qui jonchent le sol. Rattrapez un replat où quelques audacieuses cépées de chênes rivalisent avec des pins et des cyprès. Croisez un peu plus loin une capitelle écroulée puis un grand cairn annonçant un point de vue sur la combe Payrol (qui tient son nom du mot chaudron en langue d’oc), grand cirque au fond duquel serpentent la route et la rivière de l’Alsou. À la croisée d’un chemin, virez à gauche jusqu’à la route forestière principale (panneau « Forêt communale de Lagrasse »).

C’est en tournant encore à gauche, que vous descendrez nonchalamment par la route forestière qui vous ramène à Lagrasse (pour votre information, vers la droite, un chemin sur le plateau du Lauza vous conduit jusqu’à l’admirable petite chapelle de Notre-Dame-du-Carla). Ignorant les voies secondaires, deux lacets prononcés vous rapprochent de la vallée fertile de l’Orbieu avec ses vignobles violemment colorés à l’automne. Après avoir croisé une capitelle au linteau sectionné (ne pas y pénétrer, danger d’effondrement), la piste s’infléchit vers la gauche pour vous dévoiler un point de vue sur la majestueuse abbaye et le village.

Longez quelques murets de pierres et une charmante oliveraie argentée avant de déboucher sur la route goudronnée qui vous conduit devant la cour d’honneur de l’abbaye. Retrouvez rapidement le cœur du bourg médiéval en traversant le splendide pont Vieux s’élançant au-dessus de l’Orbieu.

Infos

Vous souhaitez annoncer votre hébergement, commerce ou autre activité commerciale ?